le pianoforte, qui est un instrument de chaudronnier... ( Voltaire )
Cette délicieuse citation de Voltaire suit dans le petit Robert la définition du pianoforte : piano de la fin du XVIII° et du début du XIX° siècle. Et le malheureux mélomane qui se serait par hasard renseigné de se sentir encouragé ... question antiquité bancale, difficile de faire mieux ! Mais ce mélomane aventureux pourrait encore se dire, avec quelques raisons, que Voltaire n'est peut-être pas le meilleur guide musical qui soit, alors n'hésitons pas à lui asséner le coup de grâce en citant Richard Wagner :

je trouve en fait humiliant pour tant d’autres branches de l’art que l’art de la facture du piano soit seul à tellement approcher de la perfection ... je ne connais rien ... en musique ... qui puisse se comparer avec la maîtrise et la perfection atteinte dans la facture pianistique ... nos grands maîtres, pendant qu’ils écrivaient leurs plus grandes créations pour le pianoforte semblent avoir eu le pressentiment du Grand Piano Idéal, que vous avez maintenant atteint. Une sonate de Beethoven, une fantaisie chromatique de Bach, ne peuvent être pleinement appréciées que sur l’un de vos pianofortes. " ( R.Wagner, Bayreuth, lettre à Steinway, 11 avril 1879 )

L'affaire semble claire ! D'une part un homme du XVIII° siècle nous déclare que les pianofortes de son temps ne valent rien, d'autre part un génie musical romantique nous affirme que le Steinway est le premier clavier à atteindre la perfection. Est-il encore nécessaire de chercher plus loin ?

La réponse n'est pas simple et pendant des décennies, la plupart des musiciens ont adhéré à l'opinion de Wagner. Les pianos précédant notre instrument actuel n'étaient, pour eux, que des ébauches d'une perfection à venir, leur intérêt comme curiosité historique leur valant une place au musée ...et rien de plus. Prétendre que l'on pouvait faire de la musique avec de telles antiquités, c'était une autre histoire !

Et pourtant à y regarder de plus près, l'attitude des compositeurs de la fin du XVIII° siècle et leurs déclarations auraient pu nous interpeller.

suite / retour