"Quant à ma musique ... celui qui l'a comprise une fois, celui-là doit se faire libre de toutes les misères "
L.Van Beethoven
Je n'ai pas l'impression d'être un ahuri d'un autre âge. Ce que je vis, ce que je ressens appartient bien à mon époque. Je ne parle pas, je ne pense pas comme un homme du XVIII° siècle, jamais je ne pourrai jouer comme un musicien de ce temps l'aurait fait, jamais je ne produirai d'interprétation " authentique ".

A quoi bon d'ailleurs ? A qui s'adresserait une interprétation véritablement historique ? Qui s'intéresse plus au XVIII°siècle qu'à sa vie quotidienne ?

Pourquoi dès lors jouer de la musique si ancienne ? pourquoi ne pas se limiter, comme les hommes l'ont de tout temps pratiqué avant l'invention de l'enregistrement, à de la musique purement contemporaine ?
Tout d'abord parce que la création musicale est en crise : la production de musique savante contemporaine se voit aujourd'hui marginalisée, réservée à une tranche extrêmement réduite du public. Une analyse des raisons d'un tel éloignement dépassent de beaucoup ce discours, mais disons seulement que je n'ai pas nécessairement envie de m'enfermer dans une tour d'ivoire sous prétexte de cohérence philosophique.Ensuite, parce que, par dela le temps les grands compositeurs du passé nous adressent des messages si profondément humains qu'il nous est impossible d'y rester insensibles.
Aussi, parce que cette Musique qui compte parmi les productions les plus belles et les plus heureuses de l'humanité, peut apporter une joie profonde à quiconque y a accès ...et enfin parce qu'il faut lutter de toutes nos forces contre une tendance commerciale généralisée à niveller les productions culturelles par le bas

suite / retour / retour au menu