au pianoforte ( suite ) :

“ Votre disque m’a beaucoup plu ... Mozart redevient ainsi simplement, mais aussi superbement humain et ce qu’il a à nous dire retrouve son coeur ... et ses tripes ! “
( A. Derouane, cf supra, à propos du vol. 1 des sonates de Mozart, mai 2004 )

“ Prêtons une oreille attentive au jeu pianistique; Discret, il soutient avec justesse les inflexions vocales et les intentions écrites. Difficile défi, surtout sur un instrument d’époque ... non seulement il [ JP Bacq ] l’écrit [ dans le livret ], mais remarquable il le joue...On assiste à ce bel équilibre entre l’intention fougueuse et le calme de la musique poétique “
( W. Lardinoit, in “ le journal du médecin “, n°1598, 4 juin 2004, à propos du disque pleasing pain )

au piano "moderne ":

“J-P Bacq ... nous transplante sans transition dans l'univers mécanisé du XXe siècle. Une énergie farouche arrache du clavier sa vision d'une troisième sonate de Prokoffiew en fusion. Tout un monde de fureur et de tourbillons s'agite, servi par une technique étonnamment solide” (le courrier de l'Escaut, sept. 1988).

“Grâce à un toucher très dosé, fouillant les contrastes, étageant les plans, J-P Bacq rend à Beethoven toute la clarté de son discours, toute la palette de ses émotions.,. on a l'impression qu'il habite ce concerto ( le 4e en sol Majeur ) depuis toujours, même plus : qu'il y est né...”
(le courrier de l'Escaut, 4/09/1989)

“Ce jeune homme nous initie, dès les premières mesures... à entrer dans le drame beethovénien... qui nous révèle un talent capable de dépasser la technique pour recréer un climat musical authentique ...” (le peuple, 31 août 1989)

retour / retour au menu principal